Devant le succès inespéré et malheureusement révélateur d’un profond et réel malaise qu’a remporté ma précédente chronique (à propos de la con-vocation et du « on dit Bonjour, Monsieur »), chez Foucart vous propose aujourd’hui un nouveau témoignage …

Les étudiants (souvent poussés par une verve et une aide syndicales en la matière) sont de plus en plus prompts à revendiquer des droits et des procédures de plus en plus complexes et institutionnalisés.

Ainsi en est-il du droit à la seconde session dans les jours qui suivent, du droit à une pause de 5 minutes qui en deviennent 15, du droit à ne plus saluer l’enseignant qui entre en salle ou amphithéâtre, du droit à ne repasser que les matières qu’ils désirent, du droit à conserver uniquement les notes qu’ils souhaitent (etc.) et … du droit à la relecture de leurs copies …

A cet égard, je suis tout à fait disposé à accéder à la requête ; il me semble en effet bon et judicieux de fournir aux étudiants :

–  une possibilité de voir ;
–  de comprendre ;
–  de discuter et d’analyser comment et pourquoi ils ont eu la note qu’ils ont obtenue … (il en est de même pour les corrections de sujets que je mets ici spontanément) ;

En revanche, je suis particulièrement déçu (sinon courroucé) de constater :

–  qu’au lieu de demander poliment un tel entretien, la chose est désormais exigée (avec de quasi menaces) ;
–  que nous recevons en ce sens des mails de quasi convocation de la part de représentants syndicaux dont nous ne sommes pourtant pas à la solde ;
–  que s’ils sont parfois 50 voire 100 à revendiquer un tel droit, seule une infime minorité d’entre eux l’exercent ….

En l’occurrence, avant même d’avoir reçu 54 mails m’implorant parfois et exigeant de temps à autres de permettre une relecture, j’avais spontanément organisé une telle relecture (comme quoi il est souvent inutile de réclamer ; il suffit souvent de s’informer ^^) pour mes étudiants …

Je m’attendais donc à voir surgir au moins 54 étudiants …. seuls 8 sont venus …. et j’ai été présent deux heures durant en ce sens ….

On comprendra que la prochaine fois la relecture durera bien moins longtemps