Après un premier volet consacré à JAURES & le(s) droit(s) (cf. ICI & LA), puis des ateliers Louise Michel & le(s) droit(s), le Collectif L’Unité du Droit, avec le soutien du Centre de Recherche en Droit, Antoine Favre de l’Université Savoie Mont-Blanc, du Laboratoire Méditerranéen de Droit Public et du Centre de Droit de la Santé – Umr Ades de l’Université d’Aix-Marseille, nous vous invitons a deux cycles parallèles de recherche(s) :

Cycle de recherche(s)
Le(s) politique(s) & le(s) droit(s)

Il s’agit d’un quadriptyque scientifique proposé par le Collectif L’Unité du Droit (Clud) à l’initiative du professeur Touzeil-Divina et ayant pour thème de réflexion(s) le(s) politique(s) & le(s) droit(s). Sont prévues les quatre manifestations suivantes au cours desquelles il n’est pas question de considérer comme « juriste » les hommes et femmes politiques interrogés mais où il s’agit de questionner la façon dont ces citoyens engagés ont utilisé le(s) droit(s) :

  • Jean Jaurès (1859-1914) & le(s) droit(s) (Toulouse, 03 septembre 2019) ;
  • Louise Michel (1830-1905) & le(s) droit(s) (Marseille, 28 mai 2021) ;
  • Charles Maurras (1868-1952) & le(s) droit(s) (Chambéry, 16 novembre 2022).
  • & Charles Péguy (1873-1914) & le(s) droit(s) (2023).

Cycle de recherche(s)
Les années 1930 du Droit

« En « 2050, nous serons un pays à moitié islamique », et « une république islamique » en 2100 »
(E. Zemmour, 2021).

« Il y a là une véritable conquête, une mise à la glèbe de toute une Nation par une minorité infime mais cohésive, comparable à la mise à la glèbe des Saxons par les soixante mille Normands de Guillaume le Conquérant »
(E. Drumont, 1886).

Ces deux citations se font écho, à plus d’un siècle d’intervalle, et reflètent sans doute une pensée qui se développe essentiellement en France dans les années 1930. Pourtant, semble planer aujourd’hui, parfois et encore, le spectre de ces années, voire la crainte de certains « retours ». C’est pourquoi il est proposé avec le soutien d’universitaires (principalement en histoire et en droit) & d’associations d’organiser, entre l’automne 2022 et l’automne 2023, une série de recherches que matérialiseront notamment deux colloques destinés à interroger les rapports entre politique(s) et droit(s)[1] à la suite ou en amont des grandes « crises » que les années dites 1930 ont traversées[2].

Il est en effet devenu fréquent d’invoquer les années 1930, ou d’y faire référence, lorsque certaines tendances se profilent, que ce soit sur le plan des idées ou de certaines de leurs extériorisations, à travers des écrits ou des évènements et manifestations. Particulièrement, les crises, qu’elles soient économiques, politiques ou encore sanitaires, font parfois penser à cette période considérée comme sombre : en somme, l’expression « retour des années 30 » est le plus souvent synonyme de montées de courants, de doctrines et d’idéologies connotés négativement, et dont il faut se méfier. En tout état de cause, cela appelle à une certaine vigilance, puisque cette période renvoie à une remise en cause de la démocratie et de l’Etat de droit. La première question consiste naturellement à se demander ce qu’il faut entendre par le terme « années 30 ». En effet, certains courants idéologiques, politiques, philosophiques, juridiques, mettent un certain temps à émerger, et se développent en réalité dès les années 1920, voire avant, se concrétisent parfois à partir de 1930, et trouvent un point culminant pendant la Deuxième guerre mondiale. On pense notamment au fascisme, à la montée des nationalismes, à l’anti-intellectualisme, etc. Au-delà de leur identification, qui ne peut être exhaustive, l’objet de ce premier colloque pluridisciplinaire consiste à associer des universitaires de divers spécialités (juristes, historiens, sociologues, politologues, philosophes), afin de déterminer ce qu’il reste de ces courants, ou la façon dont ils peuvent revenir sous différentes formes de nos jours. Surtout, il s’agira de se demander si les années 2020 ressemblent ou non à la période 1920-1930, comment les courants alors développés retrouvent un certain écho, ou si finalement ils n’avaient jamais disparu. En somme, la démarche se veut dialectique et diachronique, c’est pourquoi le premier colloque se déroulera sous formes d’ateliers et associera des chercheurs de disciplines différentes, afin de croiser et comparer les approches.

Le cycle comprendra trois manifestations scientifiques successives :

Chambéry, 15 novembre 2022 :

Entre droit(s) & histoire(s) : un retour aux années 1930 ? (cf. détails infra)

Chambéry, 16 novembre 2022 :

Charles Maurras & le(s) droit(s) (cf. détails infra)

Bordeaux, 04 octobre 2023 :

Les doctrines juridiques sous Vichy : consécration des années 1930

Dernier temps de ce triptyque, le colloque bordelais a vocation à regarder de plus près les doctrines des professeurs de droit ayant écrit entre 1940 et 1944 uniquement et ce, au regard des thématiques dégagées à Chambéry. Toutes les doctrines feront alors l’objet de notre attention : non seulement celles dites collaborationnistes mais aussi celles dénonçant les dérives liberticides mais encore celles, sûrement plus nombreuses, situées entre ces deux écarts.


[1] Sur cette thématique, le Collectif L’Unité du Droit a lancé en 2019 un programme de recherche(s) avec pour objectif la confrontation de doctrines politiques analysées au regard du Droit. Il n’y est alors pas question de considérer comme « juristes » les politiques interrogés mais il s’agit de questionner la façon dont ces citoyens engagés ont utilisé le(s) droit(s). En ce sens ont été ou seront mobilisées les pensées de J. Jaurès (2019), L. Michel (2021), C. Maurras (2022) et C. Péguy (2023).

[2] Ces colloques s’inscrivent dans la continuité de plusieurs travaux et manifestations scientifiques organisés par le Cerdaf (Université de Savoie-Mont-Blanc) ou avec sa collaboration et en lien avec ces thématiques, comme le colloque publié sur L’œuvre législative de Vichy d’hier à aujourd’hui (dir. C. Benelbaz, B. Berthier, C. Froger, S. Platon, Dalloz, coll. Thèmes et commentaires, 2017) etcelui organisé à Grenoble en 2017 sur Les loisirs de montagne de Vichy : droit institutions et politiques (dir. P. Yolka, Pug, coll. Droit et action publique, 2017).